Le 12 août, nous avons adressé un courrier au Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, avec copies à la Commission Européenne, au Ministère de la Santé et à diverses associations s’occupant de pollution sonore et de bruit aérien.

Dans ce courrier :

  • nous soulignons l’absence de réglementation prenant en compte la pollution sonore subie par le riverain dans l’aviation de loisir ;
  • nous rappelons les résultats d’études sur les effets sanitaires désastreux du bruit et l’importance de cette question de santé publique ;
  • nous rappelons les recommandations de l’OMS sur les niveaux limite du bruit aérien et signalons que nous nous trouvons bien au-delà de ces niveaux ;
  • nous dénonçons l’absence de prise en compte de ce problème par les élus en général ;
  • nous rappelons qu’une directive européenne (2020/367) inscrit désormais les niveaux limite de l’OMS dans le droit européen ;
  • nous rappelons quelques droits fondamentaux dont le riverain est privé (droit au repos, droit à la jouissance paisible, droit à la santé, droit à vivre dans un environnement sonore sain) ;
  • nous demandons l’application stricte de cette directive par la mise en place d’une régulation qui protège réellement le riverain de la pollution sonore et qui permette le contrôle des niveaux de bruit générés par les aéronefs de loisir.